EXPLORER L'HISTOIRE

Opération Seelöwe - l'invasion de l'Angleterre en 1940

L'opération Seelöwe (otarie) était le plan d'invasion allemand de l'Angleterre. Dès le 18 juin 1940 et le succès de la campagne de France, le maréchal allemand E. Milch propose à son supérieur, le maréchal Göring, un plan permettant aux troupes allemandes de mettre pied sur le sol britannique.

Suite au succès d'Eben-Emael le 10 mai 1940, Milch propose de larguer deux divisions de parachutistes sur le sud-est de l'Angleterre pour occuper les aérodromes situés entre Douvres et Portsmouth. Ces têtes de pont seront alors ravitaillées et renforcées par les airs, pendant que les avions de chasse et de bombardement viendront s'installer sur les aérodromes conquis.

La seconde phase de l'opération consiste en un débarquement des troupes au sol sur les plages à proximité des têtes de pont. Les bateaux employés par les Allemands lors du franchissement du Rhin devaient être réemployés au franchissement de la Manche. En effet, la marine allemande ne disposait pas de vraies barges de débarquement, ce qui limitait par ailleurs les possibilités d'acheminement en matériel lourd, comme l'artillerie ou les blindés.



Initialement, le début de cette opération est prévue pour le 17 septembre 1940. Mais elle suppose une phase de préparation pour que l'aviation allemande parvienne à gagner les supériorité aérienne au dessus de la Grande-Bretagne, c'est l'opération Adler. Milch comprend que si l'on veut envahir les îles britanniques, il faut agir rapidement : suite à l'opération Dynamo et l'évacuation du corps expéditionnaire britannique du continent, l'armée anglaise est désorganisée et désemparée face à la blitzkrieg.

Ce projet audacieux peut surprendre, car il sera mis en œuvre avec succès, à peu de choses prêt, en Crête l'année suivante. Il ne sera cependant pas utilisé contre l'Angleterre, d'une part à cause de l'échec de l'opération Adler, mais également par manque de navires capables de transporter hommes et matériel face à une Royal Navy prête à se sacrifier dans la Manche pour anéantir la flotte d'invasion.

Au début septembre 1940, l'espion J. Cairncross confirmait cette vision en transmettant à Moscou un rapport secret soulignant la totale incapacité allemande d'envahir la Grande-Bretagne. A cette même époque, les préparatifs pour l'invasion de la Russie par l'Allemagne (opération Barbarossa) battent leur plein. Dès lors, la bataille d'Angleterre prend une autre tournure et consistera uniquement à maintenir la pression sur l'industrie et la population britannique en espérant une victoire rapide à l'Est.

Sources :
  • Revue Batailles Aériennes n°41, juillet/août/septembre 2007



30/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres